Jonage Le château des Yon de Jonage

Le château des Yon de Jonage 

 

 

Les origines des YON de JONAGE

 

Cette famille se décompose en plusieures branches :
Les YON sont à l'origine des marchands bourgeois de Paris. Ils sont arrivés à Lyon vers 1616.
Les CALVET-ROGNIAT par décret ont substitué à leur nom celui de YON de JONAGE.

 

Les YON à Jonage

 

Le 30 juillet 1696 François YON (né en 1654 décédé en 1739) achète à Anne Marie Thérèse de SIMIANE de GORDES les terres et la Seignerie de Jonage et fait construire le château.

 

En Août 1823 son arrière arrière petit fils Marc César Antoine YON de JONAGE (né en 1798 décédé en 1865) vend le fief de Jonage à Joseph MIEGE et Joseph Marie GROS de Bourgoin.

 

Les YON quittent Jonage pour Saint-Sorlin-en-Bugey

 

Après son mariage en 1826 avec Elisabeth BARTHEON de VERTRIEU, Marc César Antoine s'installe au château de la Durandière à Saint Sorlin en Bugey.


En  1874 la petite fille de Marc César : Claudine Marie Louise YON de JONAGE épouse à Saint Sorlin en Bugey Paul Marie Louis dit Amédé CALVET-ROGNIAT.

 

Les YON s'intallent au Chateau de Chamagnieu (Isère)

 

Paul Marie Louis (né à Paris le 8 avril 1850) obtient par décret du 12 juillet 1892 de substituer à son nom celui de YON de JONAGE.
 

 

Gisèle YON de JONAGE

 

La dernière descendante est Gisèle Odette Claude YON de JONAGE (née le 4 mars 1908 à Paris décédée le 4 octobre 2008). 
C'est elle qui a donnée à sa marraine Madame de la VERPILLERE l'horloge qui était dans le château de Meyzieu et aujourd'hui dans le local du GEHCM.

 

 

Le château des YON de JONAGE

 

Il était situé sur la colline de Jonage au nord de la commune, sur le terrain compris aujourd'hui entre la rue de rue de la liberté et l'allée du Bugey, dominant le Canal de Jonage.

 

Aujoud'hui il ne subsite aucun vestige de ce château. Seul les restes du bassin sont encore visibles, allée du Bugey.

 

 

Comme indiqué ci dessus, c'est François YON qui achète les terres et la seignerie de Jonage en 1696 et fait construire un château.

 

 

 

 

L'accès au château se faisait par une superbe allée bordée de tilleuls.

 

 

En 1917 le château sert d'hôpital militaire

Des militaires sur le perron du château

 

Après la Guerre de 1914, il est laissé progressivement à l'abandon.

En 1938 les photos aériennes ne montrent plus aucune trace du château. Les seuls bâtiments qui restent visibles sont ceux situés à droite sur la photo ci-dessous.

La chapelle du château est visible à gauche du bâtiment

 

Les photos des années suivantes montrent l'écroulement progressif de ce dernier batiment.. En 1978 il ne reste que les ruines des deux extrémités. Plus aucune trace n'est visible en 1981.