Les seigneurs de Mures

Saint-Bonnet-de-Mure

 

LES SEIGNEURS DE MURES
du 15
e au 18
e siècle

Famille BOURRELLON

 

Maison forte des Seigneurs de Mures

 

La famille de Bourrellon se fixe à Saint-Bonnet vers 1480, au château de Mures.
Le premier à être inhumé dans l'église de Saint-Bonnet, en 1481, est Claude.
Gervais est son successeur. Il épouse Louise Ponchon issue d'une famille noble de La Verpillère. En 1475, leur fille, Ginette, épouse Henri de Garnier qui s'installe à Saint-Laurent et fait construire une maison-forte.

 

Jehan de Bourrellon naît en 1522. Son épitaphe conservée en l'église de Saint-Bonnet nous apprend qu'il est nommé gouverneur aux baillages de Briançon et d'Embrun en 1580.

Après une brillante carrière dans le sillage du duc d'Alençon, fils d'Henri II et de Catherine de Médicis, il en devient son chambellan. C'est au cours d'un séjour en Flandres qu'il meurt de maladie le 6 mars 1583.

Après avoir été embaumé, le cœur de Jehan est rapporté par son frère en l'église de Saint-Bonnet où on grave son épitaphe.

 

François de Bonne de Lesdiguières  1543-1626
Humbert de Bourrellon s'acquiert par les armes la réputation d'un valeureux soldat. Après sa rencontre avec Lesdiguières (lieutenant général en Dauphiné d'Henri IV), en 1589, on le retrouve dans les rangs de ses armées. Il se signale en particulier le 16 septembre 1591 au cours d'escarmouches, après le siège de Morestel.

 

 

Famille La TOUR du PIN-GOUVERNET


Humbert de Bourrellon marie sa fille unique Anthoinette à Charles de La Tour-Gouvernet, membre d'une illustre famille dauphinoise. Leur descendance reste très attachée à la maison forte, à la chapelle et au domaine de Mures.

 

Généalogie famille de La Tour-Gouvernet

 

Pierre tombale en marbre  Abbaye de Westminster

 

Esther de Gouvernet, fille du seigneur de Mures, décédée en 1694, est inhumée en l'Abbaye de Westminster.
Jean-Frédéric de La Tour-Gouvernet (1670-1738), le frère d'Esther, rompt avec les convictions protestantes de sa famille et devient "l'abbé de Gouvernet".

Revenu dans la région par ses fonctions de Vicaire général du diocèse de Lyon, il entreprend quelques travaux de restauration du vieux château de Mures : nouvelle façade nord, dans le prolongement de la muraille et de la chapelle Saint-Jean due aux Hospitaliers.
Il nous a laissé :   1  la ferme    2 sa citerne   3 son four à pain   4 son couloir   5 sa salle basse

 

1  la ferme 2 citerne 3 four à pain 4 couloir 5 salle basse

 

 

La dernière dame de Mures est Sabine de Sénozan. Née en 1763, à la mort de ses parents en 1769, elle est élevée par sa tante Anne Nicole de Lamoignon Malesherbes.
Toutes deux sont conduites à l'échafaud en 1794. 
Anne Nicole de Lamoignon Malesherbes

 

La culture de la pomme de terre à Saint-Bonnet


Au 17e siècle, la conséquence inattendue du mariage d'Esther Gouvernet avec Charles Savile duc d'Halifax, en Angleterre, est l'apparition de la "patate" à Saint-Bonnet-de-Mure, bien avant Antoine Parmentier qui fera la promotion en faveur de la consommation de la pomme de terre, quelques années plus tard.


En Angleterre, c'est au temps d'Élisabeth 1ère que la patate avait transité d'Amérique (Virginie) en Irlande pour devenir indispensable Outre-Manche.
Charles-Frédéric Gouvernet, neveu d'Esther, rapporte des tubercules pour obtenir les  premières "patates dauphinoises" dans une terre du château de Mures vers 1730.
Le marquis Louis de Leusse (1737-1794), seigneur de Meyzieu vivement intéressé par la découverte du seigneur de Mures, après le succès d'une première culture, remet à la Société Royale d'agriculture, fondée en 1761, un mémoire relatant la propagation de la culture de la pomme de terre en pays de Velin, un quart de siècle avant l'initiative de Parmentier.

 
Louis IV de Leusse

 

Extrait du fascicule rédigé en août 2017 par Gisèle CHOLLIER,

pour les Journées Européennes du Patrimoine

septembre 2017

 
 
 
 
Page modifiée le 6 février 2018