Meyzieu Bourban Bardieu

Bourban - Bardieu : les origines de Meyzieu

 

Bourban

La tradition locale rapporte que les origines de Meyzieu se trouvaient sur un territoire situé au sud de la commune, proche de l’ancien fort, à la limite avec Azieu (Genas).

Selon Mme Jeanine Monnier, le territoire de Bourban, qui figure sur le cadastre napoléonien de 1812, serait le même que Bazeu, Barbeu, Bayonge, Bornue, Bo, Baurige. (1)
 

L'observation attentive par Monsieur Louis Monnier de deux photographies aériennes de 1979 et de 1982 révèle un hémicycle d’environ 60 à 65 m de diamètre, semblant correspondre aux traces d'un théâtre antique.
Madame Monnier s’interroge sur une possible tradition antique, autour d’un conciliabulum où se trouvent réunis : théâtre, fanum et thermes (1).

 

 

Source livre Henri Charlin

"Autour du Château de Meyzieu"

 

Postérieurement aux recherches de Mme Monnier, des fouilles ont été réalisées en 1994 par Catherine Coquidé et Christine Vermeulen (Inrap), lors de la réalisation du contournement sud (D302) de la Rocade Est (N346).

Selon l’avis de Catherine Coquidé : «L'occupation du sol, et notamment la répartition des habitats groupés (hameaux, villages, villes), évolue notablement au cours des siècles. Si des occupations anciennes existent à cet endroit, elles coexistent avec d'autres - encore inconnues - quelles que soient les époques considérées. L'occupation des lieux n'est d'ailleurs pas continue à La Chapelle entre la Protohistoire et les périodes historiques. Ce n'est donc pas un seul site localisé à l'écart des centres actuels qui peut être à l'origine de la ville actuelle mais tout un environnement. »
« Ces fouilles ont confirmé la coexistence de 3 périodes distinctes : La Protohistoire (site érodé mais dénotant la présence de fours et de bâtiments sur poteaux), l’Antiquité (les marges d'un établissement rural se développant au nord et d'une zone funéraire) et surtout le Moyen Âge (exploitation agricole livrant une dense zone d'ensilage) .
» 

 Une gravière antique fouillée sur l'emprise du site de La Chapelle adopte un plan similaire à celui du "théâtre" localisé sur un versant opposé. » 

 

Les fouilles limitées à la partie centrale du tracé, n’ont pas concerné l’emplacement de l’hémicycle.

 

Théâtre rural ou gravière antique ? Les avis des chercheurs sont partagés.


(1) Source : Jeannine Monnier « La dent site Gallo-Romain à Meyzieu Lyon 1990

 

 

Bardieu

La source de Bardieu, grâce à ses propriétés curatives, était l'objet d'un pèlerinage,
Le 20 juillet de chaque année, jusqu’en 1850, la statue de Sainte Marguerite était portée en processions
à travers champs, de la chapelle de Bardieu à celle de Manicieu en passant par Genas. 
Le chemin n’existe plus aujourd’hui et les dernières traces de la chapelle de Manicieu ont disparu après l’effondrement de la toiture en 1963. Cependant, des personnes âgées se souviennent encore avoir été conduites par leurs parents à ce pèlerinage, avant la guerre de 1914-1918.
La paroisse de Meyzieu était encore propriétaire de la parcelle où s'élevait jadis, la chapelle «le Plâtre de la Fontaine», gardant le souvenir de l'espace aménagé sur le chemin de Bourban, aboutissant à la «ruette» de Bardieu.
A l'aube du christianisme, Meyzieu est devenu le siège de l'archiprêtré du pays de Velin, c'est-à-dire le lieu où se sont célébrés les premiers baptêmes, siège du doyenné de Velin, à la tête de vingt-huit paroisses, au fur et à mesure de leur création, sous la dépendance du diocèse de Lyon, parmi lesquelles : Villeurbanne, Saint-Laurent et Saint-Bonnet de Mure, Azieu, Charpieu, Décines, Chassieu, Saint-Martin (de Colombier), Béchevelin, Jonage.

 

Le plan ci-dessus , issu des archives de la construction du fort, fait apparaître une canalisation romaine souterraine entre le lac et la fontaine de Bardieu.

 

Les fouilles de 1994 n'ont pas révélé cette canalisation, peut-être située hors du champ d'investigation.

 

Dernière mise à jour 9 septembre 2016