Meyzieu Le Château

 Le Château et les Seigneurs de Meyzieu


 

Le Château et ses propriétaires successifs

Le Château aurait été construit au XIe siècle.

 

Au XIIe siècle une famille du nom de Meyzieu (Messiacus) s’était installée sur la poype (1) sous la protection des sires de Chandieu en échange de la moitié de la motte féodale.

Dessin Henri Charlin

 

 

En 1420 pour bon service Guillaume de Martel reçoit le domaine du roi Charles VI. Ses quatre fils (André, Antoine, Louis, Guillaume) sont restés sans descendance. La veuve de Louis épouse en secondes noces Etienne Guerrier.
Leur fille épouse Pierre de Tardes avec Meyzieu et Chassieu comme dot.

 

En 1548 François de Tardes fils de Pierre reçoit Henri II de retour du Piémont. Pendant son séjour il signe un édit marquant le début de son règne.

 

En 1559 la visite d’un conseillé delphinal nous laisse une description précise des lieux. Il décrit le «petit château vieux» dont l’ensemble est de forme triangulaire avec trois tours et le «grand château», maison forte disposée en équerre, articulé sur une tour à vis bâtie en pierre.
 

En 1564, Louis de Tardes reçoit au château le roi Charles IX et sa mère Catherine de Médicis.
 

D’autres propriétaires se succèdent : Pelletier, de la Fay, de Arod, de Costaing, de Genevey. Un inventaire daté de 1692 montre la vétusté du Château.

 

En 1739 Claude Paris de la Montagne ajoute une aile nord de style Louis XV. 
 

En 1740 Louis III de Leusse achète la Seigneurie de Meyzieu et de Chassieu. Son fils Louis IV et son épouse Jeanne-Antoinette De Laube s’installent au château. Deux de leurs enfants y sont nés. Louis IV de Leusse est guillotiné sur la place des terreaux le 26 décembre 1793.
Ses héritiers vendent le château en 1807 à Pierre Vachon.

 

Au décès de son fils Claude Vachon resté célibataire, Jean-Claude Bonthoux est désigné comme légataire universel. Sa fille épouse le Marquis de la Verpillère et devient après le décès de son époux la dernière propriétaire du château. 

 

 

Le Château devient maison de retraite

 

La ville de Meyzieu est interressée par le domaine  pour installer un hospice de vieillards.

En 1954, La Marquise de la Verpillère consent à le vendre à la commune en raison du caractère philantropique du projet. La transaction est de 5 Millions de francs.
 

En 1962 l’hospice est classé en catégorie maison de retraite.

 

En 2004 la vétusté du bâtiment est mise en avant par la commission communale de sécurité. Le coût de réhabilitation étant trop élevé, une nouvelle maison de retraite est construite. Elle est inaugurée en octobre 2012 et porte le nom de Jean Courjon.

 

Depuis 2012 les anciens bâtiments sont inutilisés et il ne reste que quelques vestiges, traces d'époques diverses, dont quelques murailles avec leurs marques de tâcherons (maçons payés selon le travail effectué), une aile du château avec sa cave, un beau portail en pierres de taille, une salle avec des boiseries et sa plaque de cheminée armoriée du XIXe siècle. Des ferronneries du XVIIIe siècle et l’horloge de Gisèle Yon de Jonage, filleule de la marquise de la Verpillère, ont été confiés au GEHCM.

 

Le portail en pierres de taille a été reconstruit dans le parc

Photo J Perrusset février 2013

 

Sources : Livre Henri Charlin "autour du Château de Meyzieu" et archives municipales

 

dernière mise à jour le 8 août 2014